Désirs impossibles

Illustration @lologaudreault 

Ça fait tellement longtemps qu’on s’est vu. C’est la parfaite excuse pour sortir de chez moi sans trop me sentir mal. Une petite ride de vélo avec mon ancien coloc, mon bon ami. Il s’est fait pousser les cheveux, ça lui va bien. Il arrive tout sourire, tout content d’essayer pour la première fois son nouveau joujou. Il a un air gamin. Ça me fait craquer. Je ne l’avais jamais regardé de cette façon avant d’intercepter quelques allusions à son désir pour moi dans nos conversations. On jase, on se promène, ça fait du bien. À notre retour, je l’invite à prendre un verre sur mon balcon. Rien d’illégal. Sauf peut-être les deux mètres qui rétrécissent imperceptiblement. On parle de couples ouverts. Il me confie que l’idée lui a traversé l’esprit lors de notre souper, l’été dernier, tandis que sa blonde était en France pour les vacances. Ah ouais? My god… je me mords la lèvre inférieure. Il me tente en maudit avec son corps défini et son sourire aussi éblouissant que le soleil. Ayoye. On parle de nos besoins physiques, des désirs impossibles en ces temps de pandémie. Avant son départ, je sens l’électricité entre nos deux corps. Je pense qu’il me veut, mais je ne suis pas assez sûre. Il s’en va, mais mes pensées sont encore accrochées à son souvenir. Il est en contact avec huit autres personnes, je ne peux pas me permettre de le toucher. C’est pas correct pour mes colocs. Le soir vient et mes pensées sont toujours avec lui. Bon, on fait comme on peut.

Une autre journée, je lui propose d’aller courir. On se rejoint sur le Mont-Royal, endroit désormais épié des polices et pas du tout intime. Je le suis sur son chemin habituel, il me caresse le bras une fois de temps en temps pour me demander si ça va… oh oui ça va. Surtout quand je peux apprécier la vue sur tes belles petites fesses (mordillage de lèvre). On arrive au sommet dans un sentier plus à l’écart. Je m’imagine lui sauter dessus direct. L’embrasser à pleine bouche et qu’on baise en plein milieu du bois. J’ai besoin d’un corps chaud sur mon corps. J’ai envie de sentir sa langue sur ma peau, gouter ma sueur, croquer ma peau. J’ai envie que ça soit animal, rapide mais oh combien satisfaisant. Je suis déjà haletante, ça serait juste un entrainement de plus. On continue notre route. Je suis perturbée. C’est mon ami. Je ne sais pas comment gérer mon désir pour lui. Je n’ai pas envie de briser notre lien juste pour une baise de satisfaction vorace. Mais en même temps, le lien est déjà brisé. On se voit différemment. Je me sens hésitante tout de même. Surtout que c’est interdit, avoir du fun, se sentir humain, satisfaire nos désirs, toucher un ami, se faire toucher. Il me reconduit à mon appartement. Il en profite pour faire une pause et me parler un peu avant de retourner chez lui. Il est près de moi, je sens qu’il hésite aussi mais que nos corps s’attirent dangereusement. J’ai le soleil dans la face et je lui offre mon visage de bonne petite fille, souriante, un éclat de malice dans le fond de l’œil. Il me surprend et me fait la bise avant de partir, ses lèvres à quelques millimètres de ma bouche. J’entrevois son sourire en coin, ce fut presque un baiser. Je m’imagine lui prendre le visage entre mes deux mains juste avant qu’il ne s’éloigne pour déposer mes lèvres sur les siennes, glisser ma langue dans sa bouche, me sentir redevenir humaine, excitée, désirée. Mais ça c’est juste dans ma tête.

Je n’en peux plus, j’ai les yeux dans le vide tandis que mes colocs me disent que j’ai fait la bonne affaire. Je n’écoute rien, j’ai juste envie de satisfaire mes envies. Je vais dans ma chambre pour y penser un peu plus. Je l’imagine sortir de la salle de bain, comme dans le temps de notre colocation, mais avec un regard nouveau. Sa serviette lâchement enroulée autour de sa taille, son torse nu et défini, disponible à mon regard curieux. J’aime les poils qui le garnissent, je le trouve viril. J’ai envie qu’il me soumette à ses désirs, enfin. J’ai envie qu’il me prenne avec ses mains solides de gars de la construction, qu’il me déshabille lentement pour découvrir mon corps excité. J’ai envie de sentir ses yeux me dévorer de leur regard pénétrant. Qu’il explore chaque parcelle de ma peau avec une envie nouvelle, fraiche. Qu’il prenne soin de n’oublier aucun recoin, qu’il en apprécie toutes les courbes en parcourant ses mains puissantes sur mes seins, mes hanches, mes fesses, mon entrejambe, pour finalement se positionner sur mes lèvres déjà bien humectées. J’ai envie qu’il découvre toutes les nervures de mon sexe, qu’il les excite les unes après les autres, en harmonie avec mon souffle qui se raccourcit, qui court, au rythme de mon excitation. Je m’imagine le bout de sa langue sur mon mamelon, juste assez de pression pour l’exciter encore plus. Il est déjà complètement nu, bien dur, superbe. Il me veut. Je touche délicatement son sexe et j’accélère la cadence plus il touche la partie sensible de mon clitoris, plus il comprend où sont mes désirs et comment les satisfaire. Mon autre main lui laboure le dos plus les sensations sont fortes. Je n’en peux plus, je veux qu’il soit en moi. Maintenant. Je veux sentir son désir pour moi me pénétrer avec intensité. Je l’imagine me prendre par en arrière, comme je l’aime. Lui demander de me claquer les fesses, d’y laisser sa trace, de me faire crier de plaisir. Ça brule. C’est bon et j’en veux plus. Je veux voir son visage empli de désir me transpercer. Je sors mon jouet pour satisfaire mon clitoris. Je suis tellement excitée, je ne peux plus ralentir, je ne peux plus me retenir… oufffffff…

Mais ça c’est juste dans ma tête. Mon désir impossible.

J’ai hâte de le revoir, j’en veux plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star