Ça (une cartographie)

Texte : J.

La douceur, l’immense douceur de nos corps nus enlacés. Sous les draps satinés, je m’agrippe à son long corps mince, ses épaules osseuses sur lesquelles je repose ma tête pendant que ma paume parcourt son dos. Ses bras repliés contre lui, ses lèvres charnues, ses mains qui saisissent mes chairs et les serrent avec force, lentement. 

Il rôde autour de mon corps, fauve, carnassier. 

Paresseusement, sans effusion, il me fait sienne, me fait comprendre que mon corps n’appartient plus qu’à lui, qu’à ses doigts qui s’égarent entre mes cuisses, qu’à son plaisir de me voir jouir dans ses bras. Il s’enfonce en moi, tout doucement, s’érige dans mon ventre, me remplit tout entière.  

Tout de lui m’excite. 

Je veux me remettre à sa faim, à ses mains furieuses, félines. Je veux le sentir me pénétrer jusqu’au creux du ventre, qu’il m’emporte à chaque coup de bassin, qu’il me perce, s’infiltre en moi jusqu’à oublier qui de nous est lui, est moi, je voudrais reformer mon corps pour qu’il en soit le seul réceptacle, pour que lui en moi, ce soit un, ce soit la pièce réparée, les morceaux brisés emboîtés. L’embrasser en perdant le nord, en oubliant les limites, les interdits, lui,  lui, lui.

Jouir à l’unisson, en joignant nos cris, en s’enfermant dans l’incendie de nos gémissements, de nos regards fixés l’un à l’autre, yeux dans les yeux, corps à corps, nous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star