Nuit no17, premier service

Texte et illustration : J.

au milieu du salon

je te bloque le chemin, le nez levé vers toi, l’expression insolante

on se défie, on s’échauffe, 

ta respiration tout contre mes lèvres

ma respiration tout contre tes lèvres

je mord l’air qui me sépare de toi

savoure les quelques millimètres qui languissent encore entre nous

et on s’embrasse

doucement

et de moins en moins

ma main enserre ta nuque

tu caresses mes hanches, empoignes mes fesses

mes doigts serrés dans tes cheveux, ma langue contre la tienne

tes lèvres tellement douces tellement tendres

essoufflés

on se saisis, en se parcourt

on se veut

on s’aime peut-être un peu

mais à peine

plaquée contre le comptoir

la vue de ton sourire fauve

et de tes lèvres

qui plongent sur moi

de ta langue qui pénètre ma bouche

animal

ta main qui saisit ma mâchoire

prend pouvoir

tu me pousses sur l’évier

entrouvres mes jambes

caresses, réclames

je suis à toi maintenant

pour ce soir

je te veux 

à m’en étourdir

à en gémir

sur nos pâtes carbonara

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star