Enivrée de toi

Texte : Anonyme
Illustration @therougecolor

C’est fou, je ne peux pas dormir quand je suis proche de toi, ton odeur m’enivre et puis, ton corps, et puis ton sexe. Cela fait plusieurs mois qu’on se fréquente et nous ne sommes pas capables de ne pas faire l’amour. Parfois quand j’arrive chez toi je mets l’ultimatum «viens ce soir on ne baise pas » – tu me réponds souvent « pas de problème » mais dès que mon corps nu se retrouve contre le tien je perds le nord. Il est doux, il est devenu familier à la pointe de mes doigts, je connais tes longs doigts et j’adore la façon dont ils m’effleurent. Tu ne prends pas longtemps à les glisser entre mes jambes. Je pense qu’avant toi je n’ai jamais été aussi vocale, je ne peux pas m’en empêcher, ma voix suit le fil de tes doigts, c’est comme une partition de musique, tu joues sur mon corps comme un fil fin qui suit la direction vers ma jouissance. Je me love dans le creux de ton cou, en léchant le lobe de ton oreille, je sais que mon corps répond au tien et selon les notes que tu joues ma bouche répond aux notes que tu veux entendre. 

Ton odeur, tes longs doigts, puis je porte encore ma culotte alors ce sentiment d’interdit qui me serre la gorge, tu le sais et tu faufiles quelques doigts engourdis entre les tissus de ma lingerie, tu sais comment jouer avec comme si tu n’avais pas le droit d’être là, tu te débats dans le tissu comme si tu ne savais comment l’enlever. Et puis je te demande qu’elle reste là. Tu acquiesces en me glissant doucement un doigt dans la vulve, je sens l’intégralité de ton corps se tendre tellement fort que je me demande soudainement s’il y a quelque chose qui ne va pas, avant que je ne comprenne tu me dis « oh mon dieu tu es si mouillée » je te rassure en mordant le lobe de ton oreille « c’est toi qui me fais ça » puis je me tourne légèrement vers la gauche pour mordre ton épaule. 

Les palpitations qui habitent le bas de mon ventre créent une sorte d’ondulation dans le bas de mon corps que je ne comprends pas tout de suite, puis je ressens soudain cette envie qui fait transpirer mon corps entier, j’ai besoin de ton sexe entier en moi, je ne contrôle pas cette envie, des ruisseaux de mouille se déversent sur mes cuisses, mes lèvres s’imbibent de cette envie, puis je me frotte contre toi maladivement. 

Si je n’engloutis pas ton sexe entre mes cuisses tout de suite je risque de m’évanouir. C’est un besoin incontrôlable. Mon nez se trémousse encore sous ton oreille et dans ton cou et cela ne fait que grandir mon envie. Après que tu aies pu par chance prendre le temps d’enfiler un préservatif je sens enfin mon sexe englober le tien, dieu soit loué je suis tellement humide que c’est comme si le préservatif n’y était pas. Ton sexe est gros et se moule parfaitement à moi. Je pense que je pourrais jouir tout de suite tellement les parois de mon sexe sont gonflées. J’ai l’impression de te sucer avec mon sexe, alors je te le dis, et tu me réponds par un râle profond.

Après plusieurs aller-retours je sens que ton corps se colle de manière parfaite contre le mien, sans le savoir le haut de ton sexe colle mon clitoris, et oui je suis clitoridienne comme des milliards d’entre nous. Mon sexe boit le tien comme si sa survie en dépendait, j’ai parfois l’impression que nos sexes communiquent, j’ai perdu sens à mon cerveau et mon énergie se trouve maintenant dans mon sexe.

Je te mange, je t’avale, je me frotte, puis enfin l’engourdissement, qui me fait palpiter entièrement. Je sue et j’ai comme l’impression que tu as touché un point culminant dans le fond de mon corps. Je jouis et je sue en plantant mes ongles dans ton magnifique dos. En mordant ton cou, en suant et en criant. Mon corps tremble et mon vagin se resserre plusieurs fois autour de ton pénis comme les vagues de la mer qui s’effondrent contre un rocher, je te bois et je te suce avec toute la force intérieure de mon sexe. Je jouis, tu jouis aussi je m’effondre contre toi et puis on s’écroule ensemble dans les draps trempés de nos ébats, quelques minutes nous suffisent pour comprendre que ce n’était que le premier round de ce soir. J’ai déjà hâte de te retrouver en moi…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star